Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

        logo PTE                                                         3c6dcb8e-copie-1                                          

Dohem, le 8 Septembre 2012

 

Une fois n’est pas coutume,  les Gardes Champêtres de France constatent une nouvelle fois être les dindons de la farce de toute avancée sociale les concernant et ce, malgré moult rapports et interventions politiques attestant le manque cruel d’avancée sociale de leur cadre emploi. (Récent rapport sur la filière Police Municipale «réflexions et proposition »-Rapport Ambrogiani –proposition de loi du Député Leteurtre.)

 

Au vue des quelques timides informations filtrant de la séance plénière du Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale (CSFPT) nous constatons une nouvelle fois que toute perspective d’évolution du volet social de notre profession a été occulté.

 

Nous déplorons le manque de considération dont notre profession fait l’objet depuis des décennies alors même que nous voyons nos prérogatives et responsabilités augmenter.

 

Le millier de Gardes Champêtres encore en fonction dans les campagnes et zones péri urbaines de France en ont assez d’être les laissés pour compte alors même qu’ils demeurent bien souvent  les rares  acteurs incontournables de la prévention de la délinquance dans ces zones recouvrant pourtant la majeure partie du territoire national.

 

Ces missions, ils les remplissent aux côtés des services régaliens remaniés à la baisse. De la Gendarmerie, de la Police Nationale, éventuellement de la Police Municipale, des services de l’ONCFS, de l'ONF ou de l’ONEMA pour ceux remplissant des missions d’ordre environnemental.

 

Nul besoin d’énumérer une nouvelle fois les nombreuses failles et lacunes de notre profession (absence de formation continue, uniforme aléatoire, armement discrétionnaire, ignorance de nos prérogatives …)

 

En ce sens, Le Syndicat National de l’environnement au travers de sa section POLICE TERRITORIALE DE l’ENVIRONNEMENT saisira une nouvelle fois les instances gouvernementales pour les alerter de l’état d’humiliation dont font l’objet ces hommes et femmes, fonctionnaires territoriaux de Police au service des collectivités et de leurs administrés.

 

Votre Secrétaire de Section

F.TERLUTTE

Partager cet article

Repost 0