Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faire participer la population à la lutte contre la délinquance, l'insécurité et les cambriolages était le thème abordé autour d'une table ronde le lundi 18 janvier par le maire Bruno Dubos.

Parce qu'il s'agit d'un sujet sensible et que l'élu tient à le faire dans les règles, c'est-à-dire sous le contrôle de l'État et des forces de l'ordre, il s'était entouré de Christophe Rialland, commandant de la compagnie de gendarmerie d'Agen, et de l'adjudant Viard, référent sûreté en prévention situationnelle et vidéo protection. Il les a remerciés pour leur soutien dans cette opération qui ne pourrait pas exister sans eux.

Serge Vayssière, conseiller municipal délégué, et Thomas Pamiès, garde champêtre, étaient présents.

«La participation citoyenne» est le credo du maire. Unir les Foulayronnais dans un dispositif global, renforcer les contacts et les échanges entre citoyens dans le but de mettre en échec la délinquance est l'objectif. L'édile, accompagné d'élus, doit conduire des actions ciblées de sensibilisation. Des référents seront peut-être, à terme, désignés dans les quartiers mais ils ne pourront «se prévaloir de prérogatives administratives et judiciaires», a-t-il été rappelé. Le garde champêtre restant «le référent et l'interlocuteur privilégié» avec la population. L'intérêt est double.

Primo, il est de permettre aux forces de sécurité de mieux atteindre leur cible lors de leur présence sur le terrain, grâce aux informations recueillies.

Secundo, selon les acteurs, «il contribue également au renouvellement du lien social en renforçant le contact et les échanges entre les habitants d'un même quartier ou d'une même résidence, générant ainsi des solidarités de voisinage».

Cette participation citoyenne a pour effet d'accroître la réactivité des forces de sécurité contre la délinquance d'appropriation. Les acteurs tiennent à prévenir : «Il ne s'agit en aucun cas de mettre en œuvre un dispositif statique ou dynamique de contrôle d'un quartier ou d'espionnage.» Il s'agit de mettre toutes ses chances de son côté pour préserver ses bien notamment en cas d'absence». Un protocole doit être signé avec les services de gendarmerie mentionnant cette participation citoyenne.

La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost 0