Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Les pompiers soignaient un homme au sol en plein milieu de la route et il y avait pleins de policiers… J’ai cru à un accident de la circulation. » Céline, une mère de famille, a failli assister, ce 5 maimardi en fin de journée, à 17 h 30, à une rixe qui aurait pu connaître une issue dramatique, à Noyon. C’est à 200 mètres de la gare, rue Michelet, que deux hommes, décrits comme des sans-domicile-fixe, venaient d’entamer une violente dispute. L’un d’eux, en état d’ébriété, a alors porté des coups d’une arme blanche (l’enquête n’a pas encore permis de déterminer s’il s’agissait d’un couteau ou d’un cutter) à l’autre protagoniste, en plein thorax.

Ce Noyonnais de 48 ans, un poumon perforé, a immédiatement été pris en charge par les sapeurs-pompiers, avant d’être évacué par hélicoptère au centre hospitalier d’Amiens. Le pronostic vital n’est pas engagé, communiquaient mercredi 6 mai les enquêteurs. Quant à l’auteur des violences, il était toujours, ce mercredi en fin d’après-midi, gardé à vue à l’hôpital de Noyon. « L’état de santé de la victime n’a pas permis de l’entendre, confie le parquet de Compiègne. Nous nous acheminons vers l’ouverture d’une information judiciaire pour permettre la poursuite des investigations. »

Ce fait-divers relance les discussions autour de la présence de marginaux alcoolisés dans cette zone en périphérie du centre-ville, entre le parc des Jardins Roosevelet et le parking du discounter situé en face. Des promeneurs dénoncent la présence régulière de personnes consommant de l’alcool. Ce qui avait poussé le conseil des sages de Noyon (une assemblée consultative de retraités) à évoquer auprès de la municipalité la création d’un poste de garde-champêtre. Son souhait ? La fin des rassemblements intempestifs dans ce quartier très fréquenté aux heures d’arrivée des trains.

Partager cet article

Repost 0